ClavierDeGauche.com

« À la défense du bien commun, avec pour seules armes les 105 touches de mon clavier »

   

Billets

Élections 2014 : Analyse des résultats de Québec solidaire

Publié le 12 avril 2014 à 23:52 par Pier-Luc Brault

Contenu

Statistiques nationales

Nombre de votes obtenus

323 124

Pourcentage national

7,63%

Moyenne des pourcentages obtenus dans chaque circonscription

7,92%

Écart-type des pourcentages obtenus dans chaque circonscription

6,93%

Progression nationale depuis 2012, en pourcentage de votes

1,60%

Moyenne des progressions dans chaque circonscription depuis 2012

1,59%

Écart-type des progressions dans chaque circonscription depuis 2012

1,83%

Circonscriptions où le résultat obtenu par QS est supérieur à la moyenne

Dans les circonscriptions orangées, l’écart à la moyenne est supérieur à l’écart-type.

Circonscription

Pourcentage de votes obtenu

Gouin

50,98%

Mercier

46,19%

Sainte-Marie-Saint-Jacques

30,60%

Hochelaga-Maisonneuve

30,57%

Laurier-Dorion

27,69%

Rosemont

18,68%

Outremont

16,94%

Rimouski

16,37%

Taschereau

15,29%

Crémazie

13,71%

Sherbrooke

12,93%

Jean-Lesage

11,60%

Marie-Victorin

11,56%

Rouyn-Noranda-Témiscamingue

11,56%

Bourget

11,20%

Taillon

11,11%

Hull

11,05%

Viau

10,87%

Saint-Jérôme

10,76%

Saint-Henri-Sainte-Anne

10,69%

Soulanges

9,84%

Verdun

9,65%

Jean-Talon

9,05%

Borduas

8,60%

Trois-Rivières

8,50%

Saint-François

8,11%

Labelle

8,04%

Circonscriptions où la progression de QS depuis 2012 est supérieure à la moyenne

Dans les circonscriptions orangées, l’écart à la moyenne est supérieur à l’écart-type.

Circonscription

Progression du pourcentage de votes depuis 2012

Rimouski

9,08%

Hochelaga-Maisonneuve

6,88%

Soulanges

6,22%

Sherbrooke

6,08%

Sainte-Marie-Saint-Jacques

5,17%

Gouin

4,95%

Rosemont

4,20%

Taillon

3,66%

Jean-Lesage

3,63%

Saint-Jérôme

3,60%

Taschereau

3,60%

Trois-Rivières

3,46%

Laurier-Dorion

3,35%

Marie-Victorin

3,35%

Terrebonne

3,15%

Saint-François

3,12%

Hull

3,11%

Masson

3,11%

Rivière-du-Loup-Témiscouata

3,10%

Verchères

3,02%

Beauharnois

2,91%

Iberville

2,89%

Borduas

2,78%

Richmond

2,66%

Jean-Talon

2,65%

Blainville

2,63%

Deux-Montagnes

2,60%

René-Lévesque

2,56%

Lac-Saint-Jean

2,54%

Groulx

2,48%

La Prairie

2,41%

Chambly

2,40%

Châteauguay

2,39%

Verdun

2,38%

Abitibi-Est

2,35%

Orford

2,35%

Duplessis

2,33%

Mirabel

2,31%

Saint-Jean

2,28%

Repentigny

2,27%

Sanguinet

2,26%

Vachon

2,25%

L’Assomption

2,20%

Labelle

2,20%

Berthier

2,18%

Montarville

2,18%

Bertrand

2,17%

Crémazie

2,14%

Fabre

2,13%

Brome-Missisquoi

2,12%

Maskinongé

2,12%

Côte-du-Sud

2,11%

Richelieu

2,08%

Jonquière

1,99%

Saint-Hyacinthe

1,97%

Argenteuil

1,92%

Pointe-aux-Trembles

1,88%

Drummond-Bois-Francs

1,86%

Rouyn-Noranda-Témiscamingue

1,80%

Bourget

1,77%

Johnson

1,71%

Laporte

1,70%

Joliette

1,64%

Gatineau

1,61%

Résultats dans les circonscriptions où QS a remporté l’élection

Gouin

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Québec solidaire Françoise David

16 155

50,98%

9717

Parti québécois Louise Mailloux

6 438

20,31%

Parti libéral du Québec Cheraquie Auguste-Constant

5 642

17,80%

Coalition avenir Québec Paul Franche

2 748

8,67%

Option nationale Olivier Lacelle

358

1,13%

Parti nul Marc Boulanger

351

1,11%

Mercier

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Québec solidaire Amir Khadir

13 228

46,19%

6635

Parti libéral du Québec Richard Sagalia

6 593

23,02%

Parti québécois Sylvie Legault

5 872

20,50%

Coalition avenir Québec Alain Clavet

2 400

8,38%

Option nationale Martin Servant

228

0,80%

Bloc pot Hate’s Deslandes

189

0,66%

Indépendant Roger Hugues

129

0,45%

Sainte-Marie-Saint-Jacques

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Québec solidaire Manon Massé

8 437

30,60%

91

Parti libéral du Québec Anna Kisko

8 346

30,27%

Parti québécois Daniel Breton

7 612

27,61%

Coalition avenir Québec Patrick Thauvette

2 364

8,57%

Parti vert du Québec Stewart Wiseman

393

1,43%

Option nationale Nic Payne

210

0,76%

Bloc pot Marc Bissonnette

164

0,59%

Parti marxiste-léniniste du Québec Serge Lachapelle

47

0,17%

Résultats dans les circonscriptions où QS est arrivé deuxième

Hochelaga-Maisonneuve

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti québécois Carole Poirier

9 038

34,86%

1112

Québec solidaire Alexandre Leduc

7 926

30,57%

Parti libéral du Québec David Provencher

4 675

18,03%

Coalition avenir Québec Brendan Walsh

3 097

11,95%

Parti vert du Québec Malcolm Lewis-Richmond

352

1,36%

Option nationale Simon Marchand

316

1,22%

Parti nul Justin Canning

278

1,07%

Bloc pot Etienne Mallette

182

0,70%

Parti marxiste-léniniste du Québec Christine Dandenault

61

0,24%

Notre-Dame-de-Grâce

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec Kathleen Weil

22336

76,61%

20172

Québec solidaire Annick Desjardins

2164

7,42%

Coalition avenir Québec Noah Sidel

1649

5,66%

Parti québécois Olivier Sirard

1610

5,52%

Parti vert du Québec Alex Tyrrell

1318

4,52%

Parti marxiste-léniniste du Québec Rachel Hoffman

78

0,27%

Outremont

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec Hélène David

15 368

56,34%

10747

Québec solidaire Édith Laperle

4 621

16,94%

Parti québécois Roxanne Gendron

3 993

14,64%

Coalition avenir Québec Rebecca McCann

2 252

8,26%

Parti vert du Québec Théo Brière

615

2,25%

Parti nul Mathieu Marcil

192

0,70%

Option nationale Galia Vaillancourt

154

0,56%

Parti conservateur du Québec Simon Pouliot

80

0,29%

Laurier-Dorion

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec Gerry Sklavounos

15 566

46,19%

6236

Québec solidaire Andrés Fontecilla

9 330

27,69%

Parti québécois Pierre Céré

5 369

15,93%

Coalition avenir Québec Valérie Assouline

2 431

7,21%

Parti vert du Québec Jeremy Tessier

482

1,43%

Option nationale Miguel Tremblay

263

0,78%

Bloc pot Hugô St-Onge

143

0,42%

Parti marxiste-léniniste du Québec Peter Macrisopoulos

116

0,34%

Résultats dans les circonscriptions où QS est arrivé troisième

Soulanges

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec Lucie Charlebois

18 925

54,40%

7 923

Parti québécois Marie-Louise Séguin

11 002

31,62%

Québec solidaire Andrée Bessette

3 425

9,84%

Parti Équitable Patricia Domingos

961

2,76%

Option nationale Patrick Marquis

478

1,37%

Rosemont

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti québécois Jean-François Lisée

12712

34,27%

1 598

Parti libéral du Québec Thiery Valade

11114

29,96%

Québec solidaire Jean Trudelle

6930

18,68%

Coalition avenir Québec Carl Dubois

5252

14,16%

Parti vert du Québec Ksenia Svetoushkina

488

1,32%

Option nationale Sophie-Geneviève Labelle

321

0,87%

Bloc pot Matthew Babin

200

0,54%

Parti marxiste-léniniste du Québec Stéphane Chénier

78

0,21%

Westmount-Saint-Louis

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec Jacques Chagnon

20 297

83,20%

18 703

Parti québécois Denise Laroche

1594

6,53%

Québec solidaire Mélissa Desjardins

1 523

6,24%

Parti vert du Québec Lisa Julie Cahn

981

4,02%

D’Arcy-McGee

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec David Birnbaum

26 983

92,15%

26 267

Coalition avenir Québec Elizabeth Smart

716

2,45%

Québec solidaire Suzanne Dufresne

604

2,06%

Parti québécois Eliane Pion

524

1,79%

Parti vert du Québec Abraham Weizfeld

454

1,55%

Saint-Laurent

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec Jean-Marc Fournier

31 454

82,28%

28 348

Parti québécois Rachid Bandou

3 106

8,13%

Québec solidaire Hasnaa Kadiri

2 100

5,49%

Parti vert du Québec Tidiane Diallo

796

2,08%

Parti conservateur du Québec Guy Morissette

420

1,10%

Option nationale Jennifer Beaudry

236

0,62%

Parti marxiste-léniniste du Québec Fernand Deschamps

115

0,30%

Viau

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec David Heurtel

15 945

62,02%

12 163

Parti québécois Odette Lavigne

3782

14,71%

Québec solidaire Geneviève Fortier-Moreau

2795

10,87%

Coalition avenir Québec Wilner Cayo

2380

9,26%

Parti vert du Québec Marijo Bourgault

304

1,18%

Parti nul Benoit Valiquette

181

0,70%

Option nationale Benjamin Michaud

177

0,69%

Bloc pot Ana Da Silva

145

0,56%

Hull

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec Maryse Gaudreault

18 213

55,17%

11 004

Parti québécois Gilles Aubé

7 209

21,84%

Québec solidaire Benoit Renaud

3 647

11,05%

Coalition avenir Québec Jean Bosco Citegetse

3609

10,93%

Option nationale Eid Harb

189

0,57%

Parti marxiste-léniniste du Québec Gabriel Girard Bernier

146

0,44%

Rimouski

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti québécois Harold Lebel

12028

40,58%

3 140

Parti libéral du Québec Pierre Huot

8888

29,99%

Québec solidaire Marie-Neige Besner

4851

16,37%

Coalition avenir Québec Steven Fleurent

3186

10,75%

Option nationale Pierre Beaudoin

327

1,10%

Parti nul Pier-Luc Gagnon

219

0,74%

Bloc pot Tom-Henri Cyr

138

0,47%

Bonaventure

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti québécois Sylvain Roy

11380

45,70%

872

Parti libéral du Québec Damien Arsenault

10508

42,20%

Québec solidaire Patricia Chartier

1540

6,18%

Coalition avenir Québec Jean-Marc Landry

1061

4,26%

Parti nul Patrick Dubois

283

1,14%

Option nationale Louis-Patrick St-Pierre

130

0,52%

Îles-de-la-Madeleine

Parti Candidat-e Nombre de votes Pourcentage Majorité
Parti libéral du Québec Germain Chevarie

4137

50,07%

818

Parti québécois Jeannine Richard

3319

40,17%

Québec solidaire Natalia Porowska

499

6,04%

Coalition avenir Québec Mario-Michel Jomphe

262

3,17%

Option nationale David Boudreau

46

0,56%

Observations

  • L’appui à Québec solidaire a progressé de manière remarquable dans un grand nombre de circonscriptions.
  • Parmi les 10 circonscriptions où QS a obtenu le plus haut pourcentage de votes, 2 sont situées en dehors de Montréal.
  • 3 des 5 circonscriptions où QS a progressé le plus sont situés en région. La circonscription de Rimouski occupe d’ailleurs le premier rang.
  • Le départ de Jean Charest semble avoir eu un effet significatif sur le vote solidaire dans Sherbrooke.
  • Dans 2 des 3 circonscriptions remportées par QS, le second rang n’est plus occupé par le Parti Québécois, mais bien par le Parti Libéral.
  • Le pourcentage de votes pour Amir Khadir dans Mercier a été plus faible qu’en 2012, et cette perte d’appui semble avoir profité au candidat libéral.
  • 3 des 4 circonscriptions où QS est arrivé deuxième sont des châteaux-forts libéraux. Dans 2 d’entre elles, une défaite libérale semble relever du conte de fées.
  • L’avance péquiste dans Hochelaga-Maisonneuve, où Alexandre Leduc est arrivé deuxième, est moins élevée que l’étaient l’avance péquiste dans Gouin en 2008, dans Mercier en 2007 et dans Sainte-Marie-Saint-Jacques en 2012. Dans les trois cas, Québec solidaire a remporté l’élection suivante.
  • Dans Laurier-Dorion, l’avance de Gerry Sklavounos sur Andrés Fontecilla est comparable à celle qu’avait enregistrée Carole Poirier sur Alexandre Leduc en 2012.

Références

  • Les données fournies au format CSV sur le site http://dgeq.org ont été utilisées comme matière première pour tout ce qui concerne uniquement l’élection de 2014.
  • Une base de données SQLite que j’ai peuplée à partir de ces données a été utilisée pour analyser les résultats de l’élection de 2014.
  • Un chiffrier construit par Sylvain Bérubé a été utilisé pour comparer les résultats de 2014 avec ceux de 2012.
Lien direct |  Commentaires (0)

Paradis fiscal: Les couilles de Couillard

Publié le 27 mars 2014 à 00:38 par Pier-Luc Brault
Un bout de l'Île Jersey, là où l'argent de Couillard a pris des vacances (Photo: David James Ovens)

Un bout de l’Île Jersey, là où Couillard a planqué son argent pendant 8 ans (Photo: David James Ovens)

Fidèle à son habitude, François Legault a relevé le niveau du débat politique mercredi en accusant Philippe Couillard de ne pas avoir de couilles. Il est en manque d’attention, le pauvre.

Il faut dire, cependant, que Philippe Couillard vient de faire la démonstration que les allégations du chef caquiste sont erronées… En effet, ça doit prendre une méchante paire de couilles, du front tout le tour de la tête et une énorme dose d’indécence pour faire « spinner » ta « transparence » pendant 2 jours et attirer volontairement l’attention des journalistes sur ton historique financier, alors que t’as placé pendant huit ans des avoirs dans un paradis fiscal et que t’es en lice pour le poste de premier ministre du Québec.

Il ne faut pas non plus avoir froid aux yeux pour se justifier en faisant valoir que « bof, c’était légal, pis j’ai payé de l’impôt sur les intérêts en revenant ». M. Couillard ne semble pas avoir un sens de la morale très aiguisé.

Cet homme veut prendre la tête d’un gouvernement, dont il dit lui-même les finances précaires. Les paradis fiscaux constituent la menace qui, à notre époque, pèse le plus lourdement sur la capacité des gouvernements à assurer le bien commun, voire sur la démocratie et la souveraineté même des États. Pour être crédibles, les membres du gouvernement, et particulièrement le chef de celui-ci, doivent montrer un bilan irréprochable en la matière. Philippe Couillard a échoué le test. Il ne doit pas devenir premier ministre.

Lien direct |  Commentaires (0)

Le PQ veut le beurre et l’argent du beurre

Publié le 23 mars 2014 à 20:11 par Pier-Luc Brault
Illustration: « Motte de beurre » d'Antoine Vollon

Illustration: « Motte de beurre » d’Antoine Vollon

L’arrogance et l’hypocrisie. Ce sont les deux mots qui décrivent le mieux l’attitude du Parti Québécois, qui, encore une fois, comme en 2012, enjoint les électeurs de Québec solidaire de se ranger derrière lui pour barrer la route aux libéraux. Les stratèges péquistes oublient cependant que le contexte est bien différent de celui des dernières élections : en 2012, il était encore permis de croire que l’élection d’un gouvernement péquiste pouvait apporter un progrès social. Ce n’est plus le cas. Le bilan du gouvernement de Pauline Marois aurait pu être celui d’un gouvernement libéral, et le Parti Québécois a choisi de faire campagne en tournant le dos aux mouvements sociaux, aux syndicats et aux écologistes. Il a coupé les ponts avec les syndicats de manière définitive en présentant comme candidat un homme responsable à lui seul de 14 lockouts, puis en abandonnant l’idée de moderniser la loi anti-briseurs de grève. Il a trahi les écologistes en choisissant un virage pétrolier pour le Québec.

Le PQ a décidé que cette fois-ci, pour tenter de remporter une majorité, il allait jouer dans les plates-bandes du Parti Libéral et de la Coalition Avenir Québec. C’est son droit. Cela dit, il ne peut en même temps espérer que les électeurs solidaires se rangent derrière lui! Il s’agit de demander le beurre et l’argent du beurre.

Malgré tout, avec la promesse de la souveraineté, ce parti parvient à garder captifs de nombreux indépendantistes progressistes, convaincus qu’il est acceptable de renvoyer n’importe quel projet social aux calendes grecques au profit du projet indépendantiste. Or, le PQ reste ambigu au sujet de la souveraineté. Il n’en parle qu’à demi-mot, sauf, bien sûr, à ses militants. Pour le reste, il s’engage à ne pas tenir de référendum sur l’indépendance « tant que les québécois ne seront pas prêts ». Une position qui plaît bien au Parti Libéral!

Il y a donc deux possibilités. Soit l’« establishment » du Parti Québécois n’en a réellement plus rien à foutre de la souveraineté, et qu’il n’y a que le pouvoir qui l’intéresse. Dans ce cas, il entretient l’ambiguïté sur le sujet pour conserver l’appui de son électorat indépendantiste. Soit sa stratégie d’accession à l’indépendance repose sur le mensonge et la manipulation : cacher l’agenda référendaire pour prendre le pouvoir, provoquer artificiellement les « conditions gagnantes », puis déclencher le référendum au moment opportun. Il est difficile de croire que des progressistes puissent rester fidèles au PQ s’ils ne croient pas eux-mêmes que c’est la deuxième option qui a été choisie.

Supposons donc que cette possibilité est la bonne. C’est donc dire que le PQ a choisi de prendre tous les moyens, dont l’ambiguïté sur la tenue d’un référendum, pour atteindre son objectif, qui est de faire du Québec un pays. Le débat entourant la charte des valeurs est donc une façon d’instrumentaliser la peur de l’autre pour exacerber le nationalisme, puis utiliser un éventuel rejet de la Cour suprême pour montrer la nécessité de l’indépendance. Par ailleurs, le recrutement de Pierre Karl Péladeau a pour but de donner une plus grande crédibilité économique à la cause indépendantiste, et donne l’espoir d’une certaine complaisance de la part des médias de Québecor envers le PQ. Il permet aussi d’acheter l’appui des puissants en leur envoyant le message que le pays à construire sera façonné selon leurs aspirations. Le mouvement vers la droite en général, pour sa part, a pour objectif de récupérer des votes caquistes et de faire compétition au Parti Libéral. Finalement, le virage pétrolier peut insuffler l’espoir d’une prospérité à l’albertaine et assurer la complaisance de certains lobbys vis-à-vis l’indépendance du Québec.

En tant qu’indépendantiste, je pose la question : doit-on vraiment réaliser la souveraineté du Québec à n’importe quel prix? Veut-on d’un pays pétrolier construit sur la peur de l’autre, la manipulation et la tromperie? D’un état inféodé, dans son ADN même, aux intérêts de l’élite corporative et financière? Il s’agirait d’une sorte de république de bananes intolérante, en somme. Il me semble que le réveil, au lendemain de l’indépendance, serait bien amer. Je dis oui à un pays, mais pas à celui-là.

De toute façon, la véritable indépendance ne se résume pas à ajouter des frontières sur la mappemonde et à rapatrier quelques pouvoirs, pour les assumer ensuite, grosso modo, de la même manière. Un gouvernement véritablement souverain est aussi indépendant du monde des affaires. De plus, fermer les yeux sur la crise environnementale pour créer un nouveau pays, sur une planète sans avenir, serait assez futile, merci.

Lien direct |  Commentaires (0)